Registre numérique de concertation

Consultez tous les avis sur le PDU

Durant l'élaboration du Plan de Déplacements Urbains et tout au long de l'année 2018, les remarques, avis ou suggestions sur le projet sont publiés régulièrement dans cette rubrique. Les messages d'insulte ou de diffamation, les messages à caractère raciste ou incitant à la violence ou à la haine ont été exclus.

92 avis

Mis en ligne le par Gurrea

Bonjour,

ENORME budget, à rapprocher de la ligne 5 du tram de Montpellier ou de la liaison A750/A9.

Dans 10 ans, toutes les communes de l'agglo auront au moins 10% de population en plus, sauf Sète qui, de par sa configuration arrivera difficilement à 50 000 habitants (44 000 actuellement) .Il y a 33000 habitants pour Frontignan et les 2 Balaruc avec une augmentation prévisible. De plus les accès de Sète sont très difficiles. La plateforme de Frontignan est beaucoup plus facile d'accès. Mais, pour avoir habité à Poussan, Villeveyrac, Mèze, et Sète avec mon emploi à Sète puis à Frontignan, j'ai constaté que la destination principale des gens était beaucoup plus Montpellier que Sète. Beaucoup de voitures direction St Jean de Védas ou les Sabines alors qu'il y a une gare à Vic Mireval qui relie la gare St Roch en 11 minutes et Sète à 10 minutes. Très facile d'accès depuis Gigean et le nord de l'agglo en général.

Il suffirait d'augmenter la fréquence des TER pour y voir la fréquentation exploser.

Votre PDU est, me semble-t-il, beaucoup trop focalisé sur Sète et son 'triangle' et, son coût, pour un triangle de 80000 habitants, est exorbitant.

Mis en ligne le par THOLOZAN

En ce qui concerne le projet des transports en commun, il y a des flèches qui partent de Marseillan et aboutissent en rase campagne sur votre plan ? Ce n'est pas très clair ! Et puis si ce ne sont des transports qui ne roulent qu'en période estivale c'est fort dommage !

Quel est le véritable projet ? Combien de bus ou de car circuleront entre Marseillan et Sète par exemple ? A quels horaires ? Quels seront les relais ferroviaires et leurs horaires proposés ?

Dans l'attente de vos réponses, Bien cordialement.

Mis en ligne le par Thau infos CANTIN

Bonjour,

La ville de Sète coté commerce de ville est un vrai repoussoir. Pas ou peu de places malgré les parcmètres, parkings pleins et chères caméra et P.M. aux aguets... Une ville sans commerce est une ville morte. En ce moment me confiait un directeur de galerie marchande (Christophe Rollet de la galerie Carrefour Balaruc et Trifontaine Saint Clément), du fait des barrages des gilets jaunes, et de l’inquiétude générale, la clientèle se déplace moins et se fait plus rare !

Mais qu’on ne se voile pas la face, le client lui à trouvé la solution… Il achète de plus en plus sur internet (+14% en un an) ! Et un client qui prend des habitudes aura du mal à en changer… Je sais, ce n’est pas facile il faut l’admettre mais il faudra pourtant faire un choix. Et pourquoi pas des transports en commun gratuits ? C’est peut être ça la solution pour véritablement abandonner la voiture. Une trentaine de communes en France ont déjà passé le cap du tout gratuit. Une grande majorité de ces municipalités ont moins de 20.000 habitants et leur réseau ne se compose que de bus : elles sont loin des coûts supportés par les grandes villes. Sur l'Agglopôle de Sète le coût annuel est apparemment de 9 M d'€ pour une recette de 1,5 M d'€ ! N'oublions pas aussi que les Américains ont une formule pour définir le commerce urbain c'est "No parking no business"

Très cordialement

Georges Cantin

Correspondant de Thau infos

ancien commercial (40 ans d'expérience)

Mis en ligne le par Conseiller Municipal (MEZE) GRAINE

Madame, Monsieur

Suite à la présentation du Plan de Déplacements Urbains 2020-2030 à Mèze, le jeudi 29 novembre 2018, j’ai eu le plaisir de découvrir un document complet et clair, illustré par une cartographie exhaustive permettant de prendre conscience des enjeux liés au développement de notre agglomération.

Si j’adhère sans réserve aux objectifs, je note toutefois des « oublis » dans les actions complémentaires envisagées à l’appui des différents objectifs.

S’agissant de l’objectif n° 2 (Des transports en commun plus performants et attractifs) qui s’appuie sur les systèmes de transport existant, il serait souhaitable de :

• concevoir et développer un mode de transport en commun semi-automatique (ou entièrement automatisé) à faible emprise au sol (type monorail aérien ou nacelles suspendues) implanté en bordure des voies structurantes (routes départementales et pistes cyclables aménagées sur l’emprise des anciennes voies ferrées).

S’agissant de l’objectif n° 4 (De nouvelles pratiques pour des déplacements plus harmonieux), il conviendrait de :

• concevoir une politique et mettre en place les moyens visant à faciliter le transport des marchandises transitant par le port de Sète, et par là de limiter les nuisances liées plus particulièrement aux convois exceptionnels empruntant les routes départementales 600, 612 et surtout 613, notamment pour le transport d’éoliennes, de bateaux de croisière, de mobil homes ou encore d’éléments de grande dimension destinés à des installations industrielles. Ce transit de marchandises de grandes dimensions pourrait aisément être effectué par voie aérienne sous ballons dirigeables (Cf. études des années 1980-1990 conduites par la Direction Générale de l’Aviation Civile et la Délégation Générale de l’Armement, et plus récemment les projets NATAC de navette aérienne et Stratobus de Thales Alenia Space). Ce mode de transport, respectueux de l’environnement aurait l’avantage de libérer les voies de circulation au sol.

• créer également un accès à l’autoroute A 9 au nord de Mèze pour les usagers de la RD 613 (axe PEZENAS – MEZE) et RD 51 (axe AGDE – MARSEILLAN – MEZE), comme souligné avec force par un des intervenants au cours de la réunion ; cet accès serait de nature à réduire la circulation automobile dans MEZE et GIGEAN.

Me tenant à votre disposition, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Marcel Graine

Conseiller Municipal (Mèze)

Mis en ligne le par Benzaquen

Plus de lignes de bus.

Passages de bus plus fréquents (en particulier le 7 qui va à la plage ne passe que toutes les 75 minutes même en été... pas de quoi abandonner la voiture).

Des parkings à l'extérieur de la ville avec des navettes gratuites.

Des trottoirs pour encourager les marcheurs (avec des poubelles pour y déposer les sacs de déjections canines).

merci

Mis en ligne le par citoyen Larderet

Idée principale : suppression de toute circulation dans le centre de Sète à compter du rond point du mole au quartier haut ainsi que l'hyper centre et le quartier des 4 ponts jusqu'a la gare.

Accès unique aux parkings souterrains Stalingrad et place de la République. Organisation d'un tour de ville par montée des bédoins haut du quartier haut et Caraussanne

Création de très grand parking à Mas Coulet + parking de la gare étendu.

Ceci réalisé, piétonnisation d'une grande partie de la ville + vélo piste cyclable.

Destruction des ponts actuels ou réhaussement de ceux-ci afin de permettre aux navettes fluviales de circuler comme à Venise. Piétonnisation de certains ponts. Laisser quelques ponts circulables pour accès véhicules de sécurité et de livraison. A étudier.

Déplacement public en navette fluviale électrique et à Hydrogène uniquement circulant du mole à la pointe courte par les 2 canaux donc 2 lignes minimum nécessaires avec 1 ligne extension plagette Barrou Ile de Thau et l'autre Balaruc les Bains le Vieux et Bouzigues. Plus alternativement 1 sur 2 direct Barrou Meze. Une gare Centrale des bateaux avec croisement des 2 lignes et changement au niveau du Palais consulaire. Cela permettra par la suite une extension dans le nouveau quartier quai des Moulins.

Nom à trouver proposition le ferriboite sétois.

Plus de voiture comme à Pontevedra en Espagne et ce sera le paradis dans la ville et aussi une ville modèle du futur : écologie, silence, pas de pollution, santé, mieux vivre et convivialité accrue.

Voila pour mon projet.

Mis en ligne le par MARECHAL

Le développement des zones piétonnes en centre de Sète serait un grand plus pour la qualité de vie dans la ville, mais il faudrait un effort supplémentaire pour lutter contre les crottes de chien, qui malgré les nettoyages et sachets canins sont innombrables en dehors de l'hypercentre bien nettoyé et très pénalisantes pour les personnes âgées qui se déplacent difficilement.

La mise en place de navettes sur l'étang aurait dû être faite dès cet automne pour tenter de compenser les problèmes de circulation dus au démontage du pont Carnot, et pourrait être fortement développée dans le futur.

Enfin les pistes cyclables devraient être développées, en évitant les points de discontinuité, comme au passage du fort St Jean.

Mis en ligne le par Mehenni

Des parkings aux entrées de ville notamment à Sète et des navettes fluviales ou trams jusqu'au centre.

Une navette fluviale au départ de Balaruc pour Sète avec accès direct aux cyclistes sur le bateau (électrique évidemment).

Mis en ligne le par KADYSZ

AVIS RECU PAR MAIL

Bonjour
La brochure " notre agglopole magazine" no 49 de Septembre Octobre 2018 nous donne la possibilité de s'exprimer et je vous en remercie.
-Comment améliorer l’efficacité et l'attractivité des transports en commun ?
Avec des arrêts de bus facilement accessibles, des bus électriques agréables et confortables non polluants, une bonne communication et l’amabilité des chauffeurs.
La circulation des voitures à Sète devrait être limitée. Pourquoi ne pas concevoir de grands parkings à chaque entrée de la ville et desservir la ville par des transports en commun ?
Pourquoi ne pas utiliser les canaux pour des transports en commun fluviaux ?
Il faudrait fortement améliorer les pistes cyclables afin de développer les déplacements en vélo. Certes celle qui longe la plage jusqu'à Marseillan est remarquable mais ne solutionne en rien les difficultés de circulation du centre-ville où accéder en vélo relève de la roulette russe.... Je ne parle pas de celle qui dessert Balaruc qui est une véritable honte.
Dans l'espoir où ces observations seront prises en compte.
Cordialement

Mis en ligne le par Magne

Les transports en commun c'est à dire bus (il n y a rien d'autre) ne sont pas adaptés aux besoins. D’où 60% des déplacements réalisés en voiture. Moi même j'utilise ma voiture pour faire de courts trajets et malgré les bouchons, je vais plus vite que par le bus. En plus suivant où on habite il faut emprunter 2 ou 3 lignes pour se rendre au point de destination ou faire le tour de la ville ! Je pense que les lignes de bus sont à revoir complètement. Il y a des zones (et pas les plus fréquentées !) où vous avez 3 à 4 lignes de bus et si vous vous placez à un endroit fixe de ces zones vous allez assister à un défilé de 3 ou 4 bus qui se suivent à la queue leu leu !

Que dire de la piètre performance de ces mêmes lignes de bus englués dans la circulation !

Je crois que sur des axes définis (les plus fréquentés, les origines destination incontournables) exemple: Gare--> Centre ville; Zone administrative ou centre médicaux --> zones d'habitation ; zones commerciales--->zone habitation, le montage des dessertes devrait s'inspirer du "Tapis Roulant", ce qui permet de faire des rotations de bus en limitant le nombre de ceux ci et en fiabilisant la régularité.

Sur les autres lignes qui sont des dessertes plus longues amenant des scolaires des personnes travaillant en centre-ville, le bus ne doit pas pénétrer en centre-ville mais desservir des points origines des lignes dites du "tapis roulant" où il existe aussi des parkings judicieusement implantés pour ceux qui arrivent encore en voiture (gare, Cayenne, les salins,route de Balaruc...) et de là emprunter bus ou navettes fluviales (système à privilégier).

Il y a urgence à améliorer le réseau actuel, car aujourd'hui les usagers qui utilisent le réseau de bus sont prisonniers de ce mode. Ils n'ont pas d'autres solutions. Tous les autres déplacements se font en 2 roues motorisées ou en voiture: exemple les bus qui arrivent par la route de Montpellier pourquoi ne pénètrent ils pas par le port (la route existe !) pour leur permettre une arrivée plus rapide !

Voici quelques réflexions pour alimenter le débat.

Mis en ligne le par Charapoff

C'est bien agréable de faire du vélo à Sète, pour peu que l'on prenne des rues peu fréquentées, les trottoirs larges ou les rues larges à contre sens...

Quelques axes d'amélioration :

- D'avantage de signalisation pour les rues à contre sens cyclables.

- Aménagement de voies cyclables sur les boulevards (Verdun, Chevalier de Clerville...).

- et SURTOUT beaucoup plus de points d'attache devant les lieux stratégiques : gare, théâtres, musées, Halles, plages de la Corniche et du Lazaret, Crique de la Nau. Des pistes cyclables sans pouvoir garer son vélo ne servent à rien. Le vélo n'est plus un simple loisir, c'est un vrai mode de déplacement d'un point A à un point B.

Mis en ligne le par Soing

Bonjour,

Sur les sujets évoqués dans le livret voici mes observations surtout pour limiter l'usage de la voiture, sans pour autant envahir les rues de bus, les transports en commun étant déjà bien développés et pratiques. Il faut inciter davantage à l'utilisation du vélo qui, dans une région au très bon climat et dans une ville (Sète) de dimension modeste, permet de faire quasiment tous les déplacements. Dans ce but, il faut augmenter les pistes cyclables (à Sète et autour de Sète, en direction de Frontignan et de Balaruc) et, dans certains endroits un peu compliqués, essayer de mieux séparer les piétons des cyclistes. Par exemple le long du canal royal coté ouest, les commerces étant tous de l'autre coté de la rue il faudrait que les piétons empruntent exclusivement le trottoir et faire une piste cyclable exclusive le long du canal. Côté est, il faut aussi une piste cyclable, l'été c'est incirculable et dangereux pour les vélos. Cette séparation vaut aussi pour la partie le long du port, il faut que les piétons puissent emprunter un trottoir bien praticable et que les cyclistes aient une piste pour eux.

En ce qui concerne les touristes, c'est à pied qu'ils profiteront de la ville, qui n'est pas si grande, et qu'ils pourront s'arrêter dans les commerces. Donc l'idée c'est de ne pas autoriser leurs bus à eux à entrer dans la ville (cela facilite la circulation des Sètois dont certains ont vraiment besoin de leur voiture) et d'avoir des parkings à l'extérieur assez grands pour qu'ils puissent s'y garer et entrer en ville à pied. Il vaut mieux un peu moins de touristes mais des touristes qui visitent tranquillement et qui consomment. Il faut aussi éviter l'engorgement de la ville, donc pas trop de gros bateaux avec des centaines, voire des milliers de voyageurs, la plupart ne consomment pas réellement et s'ils envahissent la ville, c'est au détriment de ceux qui veulent s'y loger et en profiter (l'exemple de Venise montre ce qu'il faut éviter nous avons la chance de pouvoir nous rendre compte de ce qui est néfaste, une ville vidée progressivement de ses habitants n'a plus de charme et a besoin d'un patrimoine exceptionnel que nous n'avons pas pour rester attractive).

Enfin il est question de créer des parkings souterrains. Si c'est pour libérer de la place en surface sans augmenter le nombre de places disponibles, c'est très bien, cela facilite la vie pour les Sétois et les piétons ou cyclistes en général. Si c'est pour augmenter le nombre de places de stationnement c'est une très mauvaise idée, elle va à l'encontre du but recherché en incitant davantage de voitures à entrer.

Mis en ligne le par PLAGNAT

AVIS RECU PAR MAIL

Mme Mr bonjour,

Moi j'ai une question : pourquoi avoir détruit la petite ligne de chemin de fer qui passait devant l'entreprise Président de Balaruc ? Cela aurait été intéressant de créer une petite ligne de chemin de fer à petit prix desservant les communes autour du bassin de Thau.   

Les touristes auraientt pu en profiter plutôt que de circuler en voiture provoquant de nombreux bouchons. Ce petit train aurait pu aller plus loin, dans le massif de la Gardiole par exemple et autres communes.

Cordialement

Mis en ligne le par Doctorats de l'UM Favre de Thierrens

AVIS RECU PAR MAIL

Bonjour,
Je salue l'action du PDU et prends du temps pour vous faire part de ma réflexion sur cette problématique aiguë. En effet, comme beaucoup d'habitants sétois, depuis 33 ans, je travaille à Montpellier tous les jours de la semaine, et fais donc l'aller-retour deux fois par jour, nécessairement en voiture car, comme beaucoup d'entre nous aussi, mon travail est inter-sites, et à ce jour aucune autre solution efficiente de faisabilité ne me permet de faire autrement, sinon partiellement; ce qui n'est pas envisageable pour mes employeurs publics et libéraux, étant engagé, comme beaucoup aujourd'hui, à temps partiel entre les deux secteurs d'activité publique et libérale, selon ce mode de travail intrarégional en pleine croissance (notamment selon les incitations de l'Agence Régionale de Santé).
Ce que je vis, parmi tant d’autres, pour d'autres raisons toutes aussi pertinentes que la mienne, c'est un bouchon TOUS les jours dans les DEUX sens, pour aller à mon travail, et pour en revenir, pour accéder à l'autoroute A9, et pour rentrer dans Sète.
De Montpellier à la Grande Motte, il y a une 4 voies ! La priorité des priorités pour les travailleurs sétois et de son agglo est une 4 voies pour aller et venir de Sète à l'autoroute ! C'est de toute évidence aussi la priorité pour les travailleurs montpélliérains, nimois, toulousains, d'Occitanie, qui doivent rejoindre Sète, son port régional, la mer et ses activités économiques.
Quant à la route, inutile d'insister compte tenu du barrage du sempiternel pont de Maguelonne étranglant la fin de la double voie où s'accumule un bouchon perpétuel jusqu'au dangereux virage de la prison!
D'un coté comme de l'autre, Sète reste une enclave si une vraie 4 voies ne vient pas libérer définitivement son accessibilité à l'A9.
Vivement cette 4 voies prioritaire pour ceux qui travaillent hors agglo mais y reviennent dormir tous les soirs, parce qu'ils aiment sa singularité unique; vivement bien sur, en parallèle, incontournable, la démocratisation et l'accès financier aux voitures électriques pour se déplacer librement au sein de sa région sans culpabiliser parce que les voitures qu'on nous construit polluent encore trop, mais pas qu'elles, certains bateaux des milliers de fois plus...
Sinon, un tram prolongé de notre agglopole à Montpellier aurait été de loin l'idéal, si l'intérêt général avait été prioritaire; car, dans notre société actuelle, soyez bien convaincus que ce ne sera pas en interdisant les gens de circuler librement, par exemple en diminuant les rues comme à Montpellier, qu'on changera les obligations professionnelles de beaucoup d'entre nous qui n'ont d'autre choix que de continuer ainsi, devant opter pour la meilleure solution qui leur est offerte, parce qu'ils ne peuvent faire autrement, principalement à cause de leur mode imposé de travail.
La mission prioritaire serait bien, me semble-t'il, de commencer par faciliter la vie des milliers d'usagers qui se lèvent tôt le matin pour partir travailler dans l'agglo, mais aussi et surtout, à plus forte raison, car c'est encore plus pénible pour eux, hors de l'agglo, en écoutant leur vécu, car ceux-là aussi y payent leurs impôts et ont droit, à ce titre, à être écoutés.
Bonne écoute donc, en n'omettant pas, s'il vous plait, de comparer aussi ce qui existe ailleurs: 4 voies pour aller et venir de Montpellier à la Grande Motte, et la plupart des stations balnéaires du littoral méditérannéen (tout comme la plupart des stations d'hiver...).
Rendre Sète et son agglo accessibles reste la plus grande des priorités individuelles et économiques pour ne pas asphyxier ses individus qui y génèrent, à ne pas s’y tromper, son économie;
Améliorer la circulation "intra muros" est bien évidemment la 2ième priorité dont vous parlez déjà, mais ne peut se concevoir que par une alternative incitative à l'évolution des mentalités: les centres piétons, et, outre le covoiturage via les appli, les pistes cyclables et les voies sur eau comme à Arcachon, Amsterdam et bien au-delà où l'exemple à suivre est tracé depuis bien longtemps déjà, parce qu'il répond à la fois aux besoins et au respect de notre environnement.
L'accessibilité aux grandes artères doit faire aussi partie de ces valeurs !
Pour tous ceux qui partagent les mêmes difficultés, je pense à eux, pour relier patiemment le matin l'entrée de l’A9 en réponse à l’appel du travail, je vous remercie par avance de bien vouloir en tenir compte.

Mis en ligne le par Particulier ayant une voiture Bouyon

Transports collectifs gratuits (bateaux et petits bus de 12 personnes moins coûteux que les grands) à partir de parkings hors centre ville (Mas Coulet, gare sncf, quais République, Orient, tous ceux à l’entrée de ville et création d’un nouveau grand parking à l’est de la ville...).

Prise en compte de l’accessibilité des personnes à la montée dans les bus (handicapés, poussettes, 3eme âge).

Parcs de voitures électriques à louer pour quelques heures. Même chose pour les vélos.

Multiplier les navettes fluviales économisant de l'énergie.

Horaires des transports collectifs prenant en compte les spectacles, restaurants, invitations persos... de 07 h à 24 h.

Plan circulation vélo sur toute la ville.

Création d’une vignette pour les résidents habitant au centre ville avec amélioration des parkings de centre- ville. Rendre la ville piétonne.

Mis en ligne le par Granier

Il faudrait mieux sécuriser les parkings vélos de la gare, car c'est vraiment désagréable, et je reste poli, de ne pas retrouver son vélo en rentrant du boulot.

Mis en ligne le par Ludbrook

En raison des bouchons entre, le Passage Le dauphin et l'arrêt les Pénitents, 'il faut donner priorité aux bus aux heures de pointes dans la période Juillet et Août

Il faut qu'il y ait plus de bus numéro 3 et aussi  numéro 9 pour les gens qui souhaitent se rendre au Stade Louis Michel. Il faudrait  mettre plus de bus numéro 7 en soirée. Nous avons passé de bonne vacances du 28/07au 04/08 dans votre ville de Sète.

Je vous prie d'agréer M.le Président de Sète Agglopôle Méditerranée mes salutations respectueuses.

Mis en ligne le par Thau Info Monteil

Et si tous les véhicules du PDU étaient électriques ?