Registre numérique de concertation

Consultez tous les avis sur le PDU

Durant l'élaboration du Plan de Déplacements Urbains et tout au long de l'année 2018, les remarques, avis ou suggestions sur le projet sont publiés régulièrement dans cette rubrique. Les messages d'insulte ou de diffamation, les messages à caractère raciste ou incitant à la violence ou à la haine ont été exclus.

92 avis

Mis en ligne le par VIMONT RISPOLI

Toutes les villes sont encombrées par les voitures, l'avenir des déplacements urbains doit favoriser les transports en commun et les voies cyclables et piétonnes. Pour la grande majorité des citoyens déplacement= voiture même pour 500m, sortir de cela nécessitera un changement d'état d'esprit , d'habitude. Une volonté politique très forte peut aider. Comment? En développant un réseau de bus cohérent (c'est loin d'être le cas pour l'agglo, rien qu'un exemple: les lignes 17 et 11 ne sont pas coordonnées, l'un ayant une fréquence de 1h 10mn et l'autre de 20 mn environ). Aller vers la gratuité des transports en commun, d'autres villes l'ont fait, pourquoi pas nous?

Le réseau cyclable n'est pas bien maillé et ne permet pas de se rendre en toute sécurité au travail ou ailleurs à bicyclette. Pourtant à l'heure du vélo électrique, de nombreux déplacements pourraient être cyclables. En fait même ceux qui sont cyclistes dans l'âme ont peur de se déplacer à vélo car il y a rarement la continuité. Même s'il y a eu des efforts sur l'agglo, le vélo est rendu possible pour les loisirs sur certaines zones mais le vélo n'est pas conçu pour les déplacements quotidiens. La priorité est donnée à l'automobile toujours et encore!

Il est à mon sens nécessaire de prendre des décisions politiques fortes dans ce sens mais aussi de tenter d'agir sur les esprits: faire des campagnes de publicité pour montrer l'intérêt et le plaisir que l'on peut prendre à se déplacer à vélo et en bus, montrer des documentaires sur les pays qui sont avancés dans ce domaine et rappeler la catastrophe écologique et sanitaire que représente l'usage de la voiture (on en sait de plus en plus à ce sujet hélas!).

Pour prendre le problème à bras le corps, il serait souhaitable de faire vivre la démocratie participative. Dans chaque quartier ou petite ville et village, des réunions pourraient être organisées pour réfléchir aux déplacements: comment je me déplace, Puis-je faire autrement? Vélo, covoiturage, pédibus pour les élèves etc.. je pense que beaucoup de citoyens se rendraient compte qu'ils ont des idées pour changer la façon de se déplacer et nous gagnerions en lien social.

Donc, penser le problème en partant localement de la vie réelle des gens.

Je félicite l'agglo d'avoir pris des initiatives dans la mise en place de ce PDU mais je propose mes idées pour aller plus loin.

Mis en ligne le par CANTIN

Pour moi la solution à la pollution, les embouteillages, et la trop grande circulation ce sont les transports en commun GRATUIT. En permanence ?, à des heures particulières ? peu importe, ce n'est que comme cela que l'on réduira la circulation. D'ailleurs l'idée n'est pas nouvelle, plusieurs villes de France ont déjà franchi le cap. Pour la mise en place de ce service, il faut y réfléchir mais c'est à mon avis LA solution.


https://www.bfmtv.com/societe/carte-ces-villes-qui-ont-deja-ose-les-transports-en-commun-gratuits-1402708.html

 

Mis en ligne le par Pouzieux

Bonjour,

Vu la répartition des modes de déplacement actuellement utilisés et les distances parcourues, il faut inciter les gens à se déplacer à vélo.

Pour cela, il faut des pistes cyclables continues (que ce soit en agglomération ou pour relier les communes les unes aux autres), et généraliser autant que possible les doubles-sens cyclables. Il faut que les gares SNCF soient reliées à toutes les communes limitrophes pour les gens qui vont travailler en train par exemple.

Les aménagements cyclables doivent être physiquement séparés de la chaussée hors agglomération car l'hiver il fait nuit quand on part travailler.

Il faut aussi prévoir des stationnements adaptés pour les vélos (des appuis-vélos, surtout pas de racks) et placés dans des endroits sécurisés (par exemple, profiter d'une caméra de vidéo surveillance existante, ou alors à un endroit où il y a beaucoup de passage).

Les aménagements cyclables permettront aux populations captives (jeunes, personnes qui n'ont pas le permis de conduire ou pas de voiture...) de se déplacer de manière autonome. Enfin, il faut garder à l'esprit qu'une personne en plus sur un vélo, ça fera une personne en moins en voiture ; donc moins de besoin de stationnement, moins de pollution et moins de risque d'accident (et au passage, plus de place pour ceux qui sont contraints de se déplacer en voiture).

Cordialement

Mis en ligne le par Martin

Bonjour,

Merci de nous donner la parole.

Pour ma part j'habite à Mèze et je trouve la fréquence des bus insuffisant. Ce qui m'oblige à prendre ma voiture pour aller prendre le bus au centre commercial balaruc pour profiter de plus de ligne pour aller par exemple à l'hôpital.

Une navette simple Mèze Poussan Bouzigues et arrivée à Balaruc centre commercial serait un plus.

Il presque plus facile d'aller à Montpellier qu'à Sète.

Une navette fluviale serait pas mal aussi.

Je suis conscient que cela a un coût.

Merci de me lire.

Mis en ligne le par bordenave

Bonjour, j'habite Poussan et je travaille en centre ville de Sète depuis une quinzaine d'années. Je démarre mon activité à 7h30, et termine à 18h. Je n'ai pas attendu le DPU pour faire du covoiturage quand je peux, depuis quelque temps les trajets et le stationnement sont particulièrement compliqués sur Sète, résultat : je pars de plus en plus tôt pour chercher à me garer et rentre de plus en plus tard empêtré dans des bouchons récurrents. Je pourrais prendre le bus, sauf que le premier démarre à 7h25 ! J'ai envisagé de m'acheter un vélo électrique, mais ça a un cout certain, il faut attendre janvier 2019 pour faire la demande de subvention et s'il y a une piste cyclable le long de l'étang, l'entrée de Sète est très dangereuse.

La solution ? j'en voie plusieurs : aménager correctement des pistes cyclable reliant les communes de l'agglo, créer des parkings à l'entrée de la ville, élargir l'offre de bus vers les villages.....

Mis en ligne le par Guyot

Bonjour,

Comme cela a déjà été mentionné, il faudrait augmenter la fréquence de certaines lignes de bus ! 3 bus par heure dans Sète pendant les heures de pointe pour aller au travail, c'est vraiment peu... Par ailleurs, ce serait bon de développer l'offre numérique du réseau avec une application pour smartphone comme cela se fait partout !! C'est compliqué sinon de se déplacer en ville (Sète notamment) en bus sans connaitre le réseau ou avec juste un plan papier...

En plus d"améliorer la visibilité de l'offre de transports en commun et de la renforcer (plus de bus et une nouvelle ligne Frontignan- centre commercial de Balaruc), il faudrait également développer le réseau de pistes cyclables en ville ! Impossible de faire du vélo en ville sans craindre pour sa vie sinon...

En vous remerciant par avance de prendre en compte ces suggestions,

Cordialement

Mis en ligne le par Dechesne

Développer des transports en commun efficaces. Rajouter des ceintures pour les passagers assis dans les bus qui font de longs trajets en dehors de Sète. Bus avec plus de places assises à certaines heures de pointes pour les trajets vers les villes de l'agglo

- Développer et mieux entretenir les pistes cyclables continues, correctement signalisés, sécurisés, notamment entre les villes (tour de la lagune de Thau)

- Développer les contre-sens cyclables dans certaines rues larges

- Inciter les enfants à aller dans leurs établissements scolaires à vélo ou à pied, le plus souvent possible (notre climat s'y prête bien)

- Rajouter des parking à vélo et des parking de délestage gratuits à l'entrée des villes

- Promouvoir le rézo pouce (auto-stop organisé)

- Développer les commerces de proximité en réduisant à l'avenir la taille des zones commerciales extérieures qui génèrent beaucoup de trajets en voiture

- Navette lagunaire régulière Sète <--> Mèze avec des tarifs inférieurs à 5 ou 6 € l'aller-retour (surtout pour les utilisateurs réguliers)

Mis en ligne le par TURINI

Tout d’abord, je remercie l’Agglo de nous donner la parole en matière de circulation urbaine.

Bien sûr, le sujet est brûlant. Etant commerçante à Sète, je reçois en permanence les plaintes des visiteurs qui ne comprennent pas que l’essor de notre ville ne s’accompagne pas d’une douceur de vivre sans gaz d’échappement ni bruits de moteur, ni d’une offre de stationnement en périphérie plus large et mieux organisée.

Je viens d’apprendre le projet de construction de deux parkings souterrains sous l’esplanade et sous la place Stalingrad, et je ne comprends pas cette décision. Ce type de solution est d’un autre âge. C’est exactement ce qu’il faut faire pour attirer de plus en plus de voitures, augmenter la pollution, générer de nouveaux embouteillages, et décourager les visiteurs.

Je préfèrerais qu’on consacre nos deniers et notre énergie à piétonniser le Centre-ville, en développant des parkings relais gratuits en périphérie, une circulation fluviale, les pistes cyclables dans toute l’Agglo. Sète y gagnerait en notoriété et qualité de vie : plus de calme, un air plus pur, une mobilité sécurisée pour les vélos, les personnes âgées, les enfants, les personnes à mobilité réduite, les fauteuils roulants, moins d’embouteillages et moins d’énervement.

Pour exemple, la Grand-rue Mario Roustan est devenue une zone de non-droit en matière de circulation, où les deux roues roulent toute la journée en toute impunité sur les trottoirs, dès qu’un ralentissement leur impose de patienter quelques minutes, où les piétons doivent se serrer contre les murs pour les laisser passer.

Enfin, je reprendrai à mon compte ces propositions pertinentes de « PLATE » lues sur le site :

- modes actifs et nouvelles mobilités: un plan vélo à décliner et revigorer avec une campagne d'information pour le mettre en exergue auprès des loueurs, hotels, camping et toute résidence hébergeant.

- accès et déplacements en cœur d'agglo: par vélo ou navette électrique depuis des parkings relais gratuits et surveillés. Réserver la circulation en ville aux véhicules de livraison selon un horaire à redéfinir ou mieux affiché, aux véhicules des résidents dotés d'une vignette accrochée à leur taxe d'habitation à Sète (de couleur différente pour ceux pouvant stationner sur la voie publique et ceux attachés à un garage ou un parking résidentiel)

Pour résumer: humaniser nos déplacements à l'intérieur de l'Agglo et ne pas l'asservir et la défigurer à l'usage de la bagnole.

Merci de construire un futur respirable et bon courage à vous !

 

Mis en ligne le par Bernard

BONJOUR

Je souhaite : une ville de Sète piétonne , des pistes cyclables dans tous les quartiers ;

Des bateaux bus électriques transporteraient les habitants et les visiteurs dans la la ville de Sète et de Sète vers les communes limitrophes (ceci générant la construction de parkings aux entrées de la ville), des bacs traverseraient les canaux pour passer d'une rive à l'autre .

On a la chance de vivre dans une belle ville parsemée de canaux et on ne les utilise pas.

Quel bonheur de ne plus supporter le bruit incessant des voitures et de pouvoir respirer un autre air que les pots d'échappement

( Aux moments d'affluence ( dés les beaux jours , c'est constamment) des rues comme la Grand Rue Mario Roustan sont irrespirables, à cela s'ajoute : embouteillages, klaxons, incivilités , danger, insécurité ( aucune option pour le passage des ambulances , de la police, des pompiers ... etc....

 

Mis en ligne le par ORANGE

AVIS RECU PAR MAIL

Bonjour,
Habitant Mèze depuis 9 ans et adepte du vélo, je voudrais vous faire part aujourd’hui, avec le recul, de ma surprise. En effet quand je suis arrivé, on m’a expliqué qu’une piste cyclable autour de l’étang de Thau était en voie d’achèvement ! Qu’en est-il aujourd’hui ?
- Un réel effort a été fait entre Mèze et Balaruc ainsi qu’entre Sète et Marseillan.
- Entre Mèze et Marseillan : rien en vue bien que la route soit très dangereuse.
- Entre Balaruc et Sète, il existe une pseudo piste cyclable qui est dans un tel état qu’il semble encore moins dangereux d’utiliser la chaussée principale plutôt que les bas-côtés
- A Sète rien de rien et traverser cette ville à bicyclette relève d’un esprit Kamikaze.
Un bien maigre bilan !
Cordialement

Mis en ligne le par FELICES

Gros problème avec la circulation des bus, surtout l'été avec les festivités et l'afflux de touristes, et notamment sur la ligne 3. Je propose que les circuits soient modifiés et plutôt que d'interdire l'entrée en ville, contourner la montagne sétoise par l'autre versant et surtout, bien informer la population des modifications de manière efficace et très largement. Je propose aussi un bon fonctionnement des panneaux d'information qui parfois sont déréglés ou en panne, avec un contrôle régulier, car le système des panneaux est bon. Arrêt de bus de Fonquerne, mettre un abri pour le soleil ou la pluie. Pourquoi ne pas mettre le banc devant Fonquerne à la place de celui de l'arrêt de bus qui a été cassé ? Pour améliorer la circulation des bus, un couloir réservé serait la solution. L'été, il faudrait doubler les capacités de passage sur la ligne 3 car les bus sont bondés, il y a même eu des malaises de personnes en station debout.

Mis en ligne le par Laubacher

I) A la question : Comment améliorer l’usage du vélo au quotidien ?

En développant des pistes cyclables sécurisées ce qui amènera pas mal de gens à utiliser le vélo ordinaire ou électrique pour leurs loisirs, mais aussi pour aller au travail et faire leurs courses.

Parallèlement il faut créer des parkings à vélos. De façon plus concrète :

- il faut créer un véritable réseau de pistes entre les villages de l’Agglo et commencer par connecter les segments de pistes existantes. Par exemple: connecter Gigean et aussi Poussan à la piste de Balaruc le Vieux-Mèze et à la zone commerciale. Ne pas oublier Loupian, Montbazin et Villeveyrac,

- à l’entrée de Sète par la D2 en venant de Balaruc, aménager une vraie piste cyclable protégée au niveau de la Pointe Courte (zone très dangereuse pour les cyclistes), se raccordant au tracé périphérique (côté mer et côté étang) à améliorer, et se connectant au niveau des Quilles à l’actuelle piste de la plage Sète- Marseillan.

- connecter Marseillan à Mèze ce qui permettra de faire le tour de l’Etang de Thau entièrement sur piste cyclable.

- un dernier point : l’entretien des pistes cyclables est nécessaire, car si ce n’est pas le cas elles se dégradent au bout de quelques années. Celle de Balaruc-Mèze par exemple est envahie par endroit par la végétation qui dégrade le revêtement, réduisant la largeur de la bande roulement et abîmant sa bordure.

Il faut encore souligner que le vélo n’est pas seulement un moyen de déplacerment pour son travail et ses loisirs, mais c’est aussi très bon pour la santé et la pollution. Evidemment il y a des limites, en particulier par les aléas météorologiques et peut-être d’autres liés à l’état physique des personnes.

Tout cela nécessitera une vraie volonté de la part des dirigeants de notre Agglo, avec un plan d’action (présenté dans le magazine « Notre Agglopôle »), bien sûr étalés sur une certaine durée (la plus courte possible), avec des priorités et des engagements fermes. Si ce n’est pas le cas, on aura encore droit à des promesses non tenues comme cela a été le cas ces dernières années pour les pistes cyclables: je parle du Conseil général. Ce qui serait super, pour que nos élus prennent conscience des problèmes des cyclistes, c’est de voir l’ensemble du conseil de l’Agglopôle réaliser par exemple une balade à vélo en partant de Gigean à Sète, en passant par Issanka, Balaruc le Vieux, Balaruc les Bains, avec arrivée à la gare de Sète : là on aurait la preuve qu’ils s’y intéressent vraiment.

II) A la question : comment limiter l’usage de la voiture, notamment pour les déplacements courts?

Pour limiter l’entrée de 4 roues dans Sète (qui est quasiment une presqu’île), il me paraît nécessaire de créer des parkings gratuits à l’entrée de la ville, en s’inspirant de ce qui a été fait au terminal du tramway à St Jean de Vedas :

1) à l’OUEST : utiliser en temps non estival les parkings existants,

2) à l’EST : un grand parking dans la zone de l’ancienne cimenterie (D2) et

3) toujours à l’EST : créer un autre grand parking aux alentours du grand rond point sur lequel débouchent la D600 et la D612,

Ces parkings devront être desservis, pour aller au centre ville par des navettes bus, voire navigantes (canal du Rhône à Sète et celui du quai des Moulins) en mode gratuit ou payant. Ce sera très pratique pour les visiteurs ou travailleurs qui viennent à Sète pour une journée.

En parallèle il pourra réglementer davantage le stationnement des 4 roues en ville.

Voilà mon avis sur « l’Invention de la mobilité de demain » dans le Bassin de Thau.

Sincèrement

Gérard Laubacher, à Gigean

 

PS. Je viens de lire avant-hier matin dans « Midi Libre » du 11/09/18 que la municipalité de Sète envisageait de créer un parc de stationnement souterrain sous la place Aristide-Briand, alors que la construction d’un autre sous la place Stalingrad est déjà engagée. Est-ce bien la bonne solution pour lutter contre les 4 roues en ville ?

Pour moi c’est une énorme erreur et cette solution me parait être d’un autre âge. Comment peut-on penser qu’en faisant venir des voitures dans des parkings en ville, (souterrains ou non), on va diminuer leur nombre, diminuer les encombrements et la pollution? En réalité, ce sera le contraire qui se produira.

De plus ce sera une solution extrêmement coûteuse pour la municipalité et très probablement on fera appel à une boite privée pour la construction et la gestion du parking et ce sera pour gagner de l’argent donc d’amener un maximum de voitures dans le parking. Les encombrements et la pollution elle n’en aura que faire et ce seront les habitants de Sète qui en souffriront.

Je constate simplement que le lobby automobile est encore en train de gagner.

Alors, plus que jamais, je crois que, plutôt que de dépenser des sommes pharaoniques pour ces nouveaux parkings souterrains, la solution des parkings aux entrées de la ville que j’ai mentionné plus haut, me parait, plus économique et plus écologique dans l’intérêt des Sètois et de leur environnement.

Mis en ligne le par RIGAL

J'habite au chemin des Costes à Mèze. Pour aller à Sète il me faut prendre le bus aux lions. Il y a un arrêt de bus chemin des Costes mais il est réservé aux scolaires.Serait possible de faire passer le bus pour Sète au chemin des Costes et revenir sur Mèze. ceci pour des personnes qui n'ont pas de véhicule.

Merci pour votre réponse.

Mis en ligne le par Caravano

Bonjour ,

pour fluidifier la circulation entrant et sortant dans Sète il faudrait créer des lignes de navigations sur l’Étang de Thau en utilisant les ports de Bouzigues, Loupian et Mèze. Les personnes vivants dans ces villes et qui travaillent sur Sète pourraient utiliser ces bateaux comme moyens de locomotion. Cela ferait de l'embauche et moins de pollution.

Mis en ligne le par PLATE

1 ) Transports en commun et intermodalité: rendre plus accessible par bus la gare Sncf de Sète depuis le cœur de nos communes avec amplitude horaire augmentée le soir jusque 22 heures. Créer un système de navettes depuis la gare Sncf de Sète pour accéder à l'aéroport de Béziers en correspondance avec le plan de ses vols.

2 ) Circulation, stationnement et sécurité routière: davantage de répression du stationnement gênant, voies vertes pour vélos sans discontinuité vers la gare de Sète, créer un mode de stationnement en cœur de villes pour les résidents soumis à taxe d'habitation (vignette gratuite annuelle). Interdiction de la circulation des campings encœur de villes. Créations de nouveaux parking relais avec liaisons par navettes électriques.

3 ) modes actifs et nouvelles mobilités: un plan vélo à décliner et revigorer avec une campagne d'information pour le mettre en exergue auprès des loueurs, hôtels, camping et toute résidence hébergeant.

4) accès et déplacements en cœur d'agglo: par vélo ou navette électrique depuis des parkings relais gratuits et surveillés. Réserver la circulation en ville aux véhicules de livraison selon un horaire à redéfinir ou mieux affiché, aux véhicules des résidents dotés d'une vignette accrochée à leur taxe d'habitation à Sète (de couleur différente pour ceux pouvant stationner sur la voie publique et ceux attachés à un garage ou un parking résidentiel)

Pour résumer: humaniser nos déplacements à l'intérieur de l'Agglo et ne pas l'asservir et la défigurer à l'usage de la bagnole.

Anecdote: j'ai un voisin qui vient de s'équiper d'une voiture neuve tout en détenant un ticket de bus acheté pour 10 déplacements - mais vierge de toute utilisation, au cas où la voiture tomberait en panne... Quel aveu d'un déficit culturel de l'actuel PDU quant au changement de culture environnemental qu'il voulait pourtant engendrer pour lutter contre le dérèglement climatique tout en nous aidant pour des modes de transport mieux appropriés.

+ A quand une liaison directe par bus entre Balaruc les Bains et Frontignan ?

Mis en ligne le par Saliou

Il semble évident que pour diminuer les déplacements en voiture ( 60% des déplacements ) il faut développer les transports en communs qui ne représentent que 5% des déplacements et les déplacements à vélo seulement 3%. Pour cela il faut augmenter le réseau de bus et navettes avec des passages plus fréquents et des bus plus petits qui passent partout . Au niveau de l'agglo , on pourrait imaginer une ligne de Tram entre Balaruc , Frontignan et Sète avec des passages toutes les 7 ou 8 mn aux heures de pointe .

En ce qui concernent les vélos, il y a encore beaucoup à faire en particulier sur la continuité des pistes cyclables et sur la sécurité ( voies en site propres ) . Il ne suffit pas de subventionner des vélos électriques pour voir se développer la pratique du vélo au quotidien . Pour l'instant seule la pratique du vélo loisir et sportif se développe mais de nombreux cyclistes refusent encore de traverser Sète à Vélo : trop dangereux .

En résumé, on ne pourra pas empêcher les gens de prendre leur voiture tant que les autres solutions de déplacements seront trop galères même si ceux-ci sont gratuits

Mis en ligne le par PIQUET

AVIS RECU PAR MAIL

Monsieur le Président,
Votre article  dans le magazine "agglopole" concernant la mise en place du PDU a retenu toute mon attention. En effet, l'occasion m'est donnée de vous faire part d'une alternative aux moyens de transports actuels : le transport par câble (téléphérique,télécabine...). Ce mode de transport n'étant pas réservé aux seules stations de sports d'hiver, bon nombre de villes du monde entier l'ont déjà développé. Par exemple, Barcelone a déployé plusieurs téléportés dont un téléphérique qui amène directement les "croisiéristes" du port au Montjuic, d'autres exemples en Asie, au US , en Algérie etc... et plus récemment en France depuis que la réglementation s'est assouplie pour le téléporté urbain (loi Royal) : Brest, Toulouse.... et plus proche de nous le transcanal de Palavas qui fonctionne depuis de nombreuses années et qui est rentable et rend service !
Néanmoins, Il faut faire très attention aux conseils d'architectes-maitres d'oeuvres qui ne connaissent pas le produit et préfèrent conseiller d'autres modes de transports (tramway... xxx fois plus cher ...honoraires oblige). En France, nous avons les meilleurs cabinets de maitrise d'oeuvre en matière de remontées mécaniques et les meilleurs constructeurs de téléportés.
Par ailleurs, le transport par câble répond aux 11 objectifs légaux du PDU en interface des autres transports en commun.
Par exemples :
1- Création d'un téléphérique depuis la gare sncf jusqu'au Mt St Clair (altitude 167m) avec redescente sur la corniche (objectifs: touristes, population locale, scolaires...)
2- Balaruc-les-bains (1ere station thermale française) objectif: amener ces nombreux curistes sur Sète (puis hors saison, transport des scolaires, des locaux...) au point culminant le mont St Clair (à valoriser) par un téléphérique depuis Balaruc jusqu'au mont Saint Clair en survolant l'étang (vu l'altitude du mont Saint Clair, à priori, 1 seul pylône dans l'étang).
je reste à votre disposition pour toutes informations complémentaires.
Veuillez agréer , Monsieur le Président,l'assurance de ma considération distinguée.

Mis en ligne le par GOYARD

Bonjour, D'accord avec vous : les transports durables sont un enjeu majeur pour notre agglo et pour Sète (ou j'habite) en particulier. Tout devrait être fait pour m'encourager à poser une fois pour toute la voiture .... il faudrait pour cela de grand parking gratuits et sécurisés en périphérie et les moyens de s'y rendre ...