Registre numérique de concertation

Consultez tous les avis sur le PDU

L'Enquête Publique du Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle méditerranée se déroule du lundi 8 juillet 2019 à 9h00 au jeudi 22 août 2019 à 12h00. Durant toute la durée de l’enquête, les avis sont publiés dans le présent registre dématérialisé.
Les messages d'insulte ou de diffamation, les messages à caractère raciste ou incitant à la violence ou à la haine ne sont pas publiés.

24 avis

Mis en ligne le par GERVASONI

Très bonne initiative que de pouvoir s'exprimer individuellement. Je pense, qu'afin de favoriser la marche à pieds pour de petits parcours, il faudrait absolument améliorer la sécurité des piétons : par exemple : de vrais trottoirs, des sols non "cabossés" où marcher est difficile, évacuation correcte de l'eau, éclairage suffisant, trottoirs sales (chiens), voitures mal garées, trop de voitures ne respectent pas les Stop, les feux rouges....C'est un gachis de ne pas permettre ce déplacement très écologique que de marcher. Favoriser les bus-bateaux : ballades, et se déplacer par obligation : travail...(lignes : Balaruc-Sète.....), style les vaporetto de Venise en Italie. Pistes cyclables : en créer, certaines à sécuriser, et prévoir davantage d' installations urbaines pour les garer ainsi que les lieux publics. Favoriser des aides financières incitatives pour laisser sa voiture le plus possible : vélo électrique, abonnement bus, bateau, train. Merci à l'avance pour vos réflexions et le travail que vous allez accomplir.

Mis en ligne le par V

Bonjour,

Tout d'abord, je voudrais savoir où sont comptabilisés les vélos électriques : vélos ? ou deux roues motorisés ? ou passage de l'un à l'autre prévisible à court ou moyen terme ?

Ensuite, en parlant des deux roues motorisés, j'aimerais savoir depuis quand ils sont considérés comme un progrès sur le plan écologique !

Des parkings relais, c'est sûrement mieux que des parkings en centre-ville (à condition que les bus et navettes suivent). Mais attention aux projets impliquant toujours plus de bétonnage... Pourquoi ne pas joindre systématiquement à ces projets un petit espace vert avec arbres, ne serait-ce que pour que l'attente ne se transforme pas en stress ?

Des solutions à base de téléphones "smart", moi je veux bien... mais si on n'en a pas ? ou si on n'y a pas internet, pour toutes sortes de raisons ? Peut-être faudrait-il qu'il existe aussi d'autres moyens ?

Et pour toutes ces questions, le pdu semble s'intéresser principalement à la ville, c'est à dire à Sète. Et Sète a sans aucun doute besoin qu'on revoie sérieusement sa politique d'agrandissement sans fin et sans humanité...

Mais il n'y a pas que Sète dans l'agglo, et nous autres, sur l'autre rive, avons aussi des besoins. Pour aller à Sète, justement, nous avons à Mèze un bus toutes les deux heures ! Et à Mèze, nous ne sommes pas les plus mal lotis !

Et il ne faudrait pas rater le dernier pour le retour, à... 19 h 15 -adieu projets resto-ciné si sympas ! (Ceci dit, depuis qu'il y a un parking sous le nez du Comedia, c'est moins agréable de toute façon...)

Améliorer les services de bus vers les "pôles économiques" : les centres commerciaux ? Bonjour la vision culturelle ! Et merci de la part de tous les petits commerces...

Je lis ailleurs "valoriser l'attractivité du territoire". C'est mettre la charrue avant les bœufs ! Attirons du monde, ça améliorera la circulation et la pollution... Commençons par valoriser l'air, l'eau, la fraîcheur du territoire, y mettre des arbres, le plus possible (climatisation parfaite, sans rejet de chaleur), à feuilles caduques (quelle belle invention, la fraîcheur l'été et le soleil l'hiver !)... Les touristes sont sympas, mais ils viennent passer une semaine (et encore...), il ne faut pas les rendre prioritaires. Une économie basée sur le tourisme est terriblement fragile.

Et horriblement polluante quand il s'agit d'immeubles de croisière !

Tout le projet manque d'ambition.

Il aurait été bon il y a trente ans. Aujourd'hui, il va mettre toute l'agglo en retard, voire en danger.

Mis en ligne le par MERVANT

Nous devrions inciter un maximum de citoyens sétois à utiliser des vélos et vélos électriques en lieu et place de la voiture lorsque la distance est adaptée. Pour cela, la mairie pourrait financer une partie de l'achat d'un vélo ou vélo électrique. Le système Vélib est peut-être à expérimenter.

Mis en ligne le par GREGOIRE

Il est important de tenir compte qu'il y a de plus en plus de vélos et qu'il n'y a pas assez de pistes cyclables ou d'espaces sécurisés en centre ville. Donner la possibilité de rouler en contresens sur certains axes de la ville.

Mettre en avant les transports collectifs, proposer plusieurs lignes gratuites sur des axes connus pour leurs embouteillages.

Mis en ligne le par set'ensemble responsable

L'idée est bonne mais manque sérieusement d'ambition... Ça ressemble à de la poudre aux yeux. Sète peut faire un choix fort et responsable en mettant en place de réelles politiques écologiques et sociales:

- plus de pistes cyclables. Systématiser l'idée que Sète est accessible pour les roues, roulettes et autres ORNI (Objets Roulants Non Identifiés). Les 5% annoncé dans le projet sont risibles...

- envisager que les voies/trottoirs soient praticables pour des fauteuils roulants, des déambulateurs, des poussettes... Aujourd'hui c'est un enfer de se déplacer sur Sète dans ces conditions.

- ne pas construire 3 parking souterrains (en Centre ville) de 300 places environ qui invitent à se déplacer en voiture jusqu'au centre ville et qui sont des aberrations géotechniques quand on considère les données du sol de la ville de Sète... Avons nous si peu de mémoire pour voir ce qui se passe encore avec le parking du canal qui a encore et toujours besoin d'une pompe pour évacuer l'eau qui s'infiltre en permanence?

- laisser piétonnes les places qui le sont et continuer à rendre piéton le CV. (Attention au revêtement du sol... ORNI..)

- envisager un grand et gros parking à l'entrée avec des navettes (un tramway? des vélib'? des pousse-pousse pour les personnes en difficultés? n'importe, les idées ne manquent pas dans d'autres villes) qui relie RÉGULIÈREMENT le CV.

Des espaces de covoiturages, un application (comme uber) avec une connexion rapide entre des covoitureur?

- des transports gratuits pour les personnes à petites ressources; seniors à petites retraites, familles nombreuses, parents isolés, sans emploi, étudiants... Oui malheureusement la liste est longue...

- se positionner contre la politique qui envisage une augmentation d’accueil de yacht de luxe et de bateaux de croisières. C'est une type de tourisme qui nuit au littoral, à l'air, au logement, aux commerces, etc... Sète doit rester familiale, à échelle humaine et doit devenir responsable!

- préserver les espaces verts tels que le Carmel qui a été vendu à un promoteur qui va tout raser ou le Mont Saint Clair qui n'en peut plus de voir des grosses villas se monter en son flan

- Intégrer des possibilités de projets dans l'écoconstruction, avoir une réelle réflexion sur l'habitat à venir... Exiger un cahier des charges éco-responsable avec les nouveaux promoteurs.

- favoriser des ESPACES PUBLICS verts, avec des aires de jeux, et replanter massivement des arbres à Sète pour se reconnecter avec "soi",

- Limiter la bétonisation pour faciliter les infiltrations du sol

- construire des espaces de réflexions avec les habitants, commerçants des lieux concernés et de co-écriture de projet avec l'aide d'association comme APPUII. Afin de les projets répondent non pas à des logiques capitalistes mais à des besoins humains...

et encore bien d'autres idées qui ont été des actes dans d'autres villes et qui ont montrées qu'elles pouvaient être des réussites...

En conclusion:

"sur les dix limites planétaires identifiées par un groupe de chercheurs en 2009, quatre ont déjà été dépassées. Changement climatique, extinction de la biodiversité, cycle de l'azote et du phosphore: les conditions de vie sur Terre sont menacées. Le croisement d'études et de rapport scientifiques indique que nous sommes à l'orée d'un possible effondrement civilisationnel. Qu'il s'agisse de réduire la probabilité que l'effondrement arrive, d'en atténuer la criticité, c'est-à-dire la violence de l'impact, ou de préparer l'après, il est aujourd'hui vital, au sens littéral, de modifier nos modes de vie et d'apprendre à vivre avec moins.

Il ne s'agit pas de prôner la misère mais d'inventer une nouvelle frugalité [...] qui puisse être synonyme de satisfaction." Corinne MOREL DARLEUX

Mis en ligne le par roux

Bonjour,

J'habite Vic la Gardiole. Je constate un grand déséquilibre entre les investissements sur Sete par rapport aux petites communes de l'agglo.

* navette des plages payante entre Vic et les Aresquiers durant l'été alors que les navettes maritimes de Sete sont gratuites,

* depuis plus d'une décennie, il est question de faire une passerelle vélo sur le pont de la voie ferrée afin d'assurer la jonction entre la piste cyclable qui s'arrête à Mireval et celle qui commence à la sortie de Vic : que fait l'agglo. Pourquoi ça traine alors que des problèmes plus complexes et plus onéreux sont réglés plus vite à Sete

* la piste cyclable entre Vic et Frontignan, qui est magnifique, se dégrade à la vitesse grand V à cause du chiendent qui envahit les bas cotés, boursoufle le goudron, réduit la largeur de roulement... Si les services concernés, département ou agglo, attendent encore un peu, ce sera plus de l'entretien mais une réfection totale à effectuer.

Cordialement

Mis en ligne le par SEGURA

il faut de la volonté pour modifier les comportements, exigeons d'adjoindre une piste cyclable à toute nouvelle route ou travaux sur une route (rue) et faire réaliser des pistes cyclables

j'ai milité dans les années 1980 pour pouvoir faire le tour de l'étang de thau en vélo.....on n'y est pas encore mais pas loin

certaines villes sont pro vélos d'autres n'en font pas une priorité dommage

je constate une nette augmentation des vélos à Sète et personnellement je vais en ville en vélo trés regulièrement mais je constate aussi que le partage avec les voitures quand il n'y a pas de piste cyclable me met régulièrement en danger.

ASSEZ DE PALABRES! DES PISTES CYCLABLES!

Mis en ligne le par DUPUY

Utiliser les canaux et l'étang de Thau pour les déplacements collectifs. Faire tout le tour pour se rendre de Sète jusqu'à Bouzigue ou Mèze ( et vice versa) est vraiment ridicule ! Sète/Balaruc pourrait être très vite rentable avec les curistes par exemple. (N.B. : dans le bassin d'Arcachon il existe par exemple des navettes qui vont d'Arcachon au Cap Ferret, toute l'année... et ailleurs autour du bassin pendant la belle saison)

Donner la priorité aux bus sur les voitures de manière à ce qu'ils soient moins en retard : voies prioritaires par exemple.

Ôter le vilain parking sur la place Aristide Briand, où jouent les enfants, c'est une absurdité et une honte pour cette ville !

Penser au moins autant aux piétons qu'aux voitures et aux vélos : dans bien des endroits il faut faire d'énormes détours pour traverser : tous les croisements en haut de l'avenue Victor Hugo par exemple.

Ne pas laisser les parents stationner en double file quand ils vont chercher leurs enfants à l'établissement Saint Joseph entre autres : embouteillages, klaxons...

Mis en ligne le par MIMART

Bonjour, je souhaite une navette matinale et en soiree faisant le trajet de vic a la gare de mIREVAL POUR aller a montpellier de maniere reguliere hivernale et estivale

je souhaite des coupures d eau a certaines heures de la journee trente minutes par trente minutes trois fois par jour

j,aimerais aussi que les propos incertains et malveillants qui tendent a faire du tort a la population cessent car ce sont de la diffamation

pour un village sain et vivant proposons encore plus

des navettes pour aller a la plage

des pistes cyclables allant apres le pont de vic

MME MIMART PATRICIA AU 3 RUE DES JARDINS

 

Mis en ligne le par Bonet

Il serait indispensable que les cyclistes aient leur place dans cette ville,

installation de panneaux autorisation de circuler dans les zones à 30,

pistes cyclables en ville et zones piétonnes !

Sete est une ville dangereuse pour les cyclistes comme pour les piétons, limitons les voitures en ville!

J'aimerais que les places publiques (place aristide briand par ex) restent ouvertes pour favoriser les déplacements des enfants, piétons etc, qu'elles restent un espace de vie collective plutôt que d'en faire des parkings!

quelle tristesse de rogner sur les seuls espaces encore un peu verts et agréables.

 

Merci de votre considération.

Mis en ligne le par aucun Beaufreton

Bonjour,

J'habite Sète, je n'ai pas de voiture et je me déplace essentiellement à pied, à vélo et en transport en commun.

Je comprends tout à fait que quitter le mode "ma-voiture-pour-tout" puisse effrayer, pourtant c'est ne pas si difficile que ca. On s'y habitue vite et il y a beaucoup d'avantages.

Alors si la ville se décide à devenir plus vivable ce sera parfait.

La proposition du PDU qui " est de réduire la place de la voiture, aux profits d’autres modes moins polluants et... moins consommateurs d’espace" me parait essentielle. Les modifications du climat vont à vive allure et cela prouve qu'il faut modifier nos habitudes à cette même allure.

Il y a urgence.

Je vois qu'il est prévu de limiter la part de la voiture de 9%, d'augmenter d'aussi peu celles des transports en commun, vélo et marche à pied. Cela ne me rassure pas beaucoup.

L'horizon 2030 est fort loin et 9% c'est fort peu.

Il faut aller plus vite, plus fort. Avec un tel budget (267 M quand même !) ne pourrait on pas agir plus vite et plus efficace ?

Pourquoi vouloir construire de couteux parkings souterrains qui vont maintenir un flux de voitures en centre ville ? Des parkings extérieurs avec navettes gratuites seraient bien plus adaptés.

Qu'en est il de la végétalisation ? Il y a si peu d'espaces verts à Sète et tant d'arbres ont déjà été coupés. Les arbres sont nos clims du futur​,​ alors pourquoi ne pas commencer tout de suite​ plutôt que continuer à chauffer les rues avec les innombrables systèmes d'air conditionné​ ? ​

​On sait déjà plein de choses à propos de la gestion des changements climatiques et beaucoup de villes mettent en œuvre des projets qui vont dans ce sens, avec végétalisation, modes doux ...etc​.​ Sète ​qui est déjà toute remplie de béton, ​a besoin de faire cela​ aussi.​

Merci de donner la parole​​ aux habitants. Mais dommage que cela se fasse à une période estivale quand beaucoup ​​de gens sont occupés ailleurs.​​

Cordialement,

J​M​ Beaufreton

Mis en ligne le par Bataillon

Très bien Merci :)

Mis en ligne le par DELSART

J'ai choisi Sète comme ville pour sa taille humaine permettant normalement des déplacements doux et par son réseau de transports publics bien développés. Malheureusement, je me suis vite aperçue qu'il était difficile de circuler à pied subissant le bruit et la pollution des voitures et j'ai dû abandonner le vélo au centre ville. Le tout-voiture gâche énormément la qualité de vie des habitants. Je pense et suis persuadée qu'à l'heure actuelle il est nécessaire de repenser les déplacements en ville dans un souci de santé publique et d'écologie. Une ligne de bus est gratuite et c'est un premier pas pour favoriser les transports en commun. L'exemple d'Aubagne pour les transports en bus est à suivre. Laisser les voitures à l'extérieur de la ville sera l'avenir des villes. Favoriser le transport fluvial comme moyen de locomotion aussi. Je n'ai pas de voiture mais j'aimerais bien pouvoir utiliser mon vélo. A quand?

Mis en ligne le par Prevoteau

Bonjour, j'habite à Frontignan et j'utilise tous les jours le vélo avant de prendre le train à la gare de Frontignan.

Tout d'abord je regrette que le Plan de déplacement urbain ne soit pas plus ambitieux : le projet actuel propose de faire passer la part de la voiture de 60 % en 2014 à 51 % en 2030, ce qui est très faible comme réduction ! Quant au vélo, sa part doit passer de 2 % actuellement à 5 %, ce qui est très faible comme augmentation ! La lutte contre le réchauffement climatique nécessite une politique de déplacements urbains beaucoup plus ambitieuse à l'échelle du territoire de l'Agglo.

Il faut encourager les personnes a changer de mode de transport en favorisant le covoiturage (file dédiée), la marche et les vélos en créant davantage de pistes cyclables et d'espace de stationnement pour les vélos.

Il faut également lutter contre l'étalement urbain en rééquilibrant les commerces et les équipements dans les centres villes plutôt que de tout concentrer dans les zones commerciales loin des centres villes : il me parait aberrant de construire un nouveau cinéma à Balaruc en laissant tomber ceux de Sète et de Frontignan, je ne comprends pas que Sète Agglopole Méditerranée bloque le projet du cinéma de Frontignan pour favoriser la construction du cinéma dans le centre commercial de Balaruc, ce qui obligera les habitants de l'Agglo à prendre leurs voitures pour aller au cinéma !

Cordialement,

Arnaud P

Mis en ligne le par Martin

Il y a 4 ans les bus était gratuits pour les plus de 60 ans et non imposable !!!!! dans beaucoup de ville le bus est gratuit pourquoi pas nous ce qui éviterait pas mal d'embouteillage et faciliterait nos déplacements et maintenant il serait temps de faire des parkings à étages pas plus de trois et solaires pour le bien et l'économie de notre ville aussi que toutes résidences

Mis en ligne le par Rebeyrotte

Les pistes cyclables se sont étendues à Sète mais cela reste bien insuffisant. En particulier au centre ville, où elles sont pratiquement inexistantes, et qu'elles sont de plus dangereuses car partagées avec les piétons, sans aucune séparation protectrice. Résultat en cette saison estivale : on ne peut qu'y circuler à pied ! En tant que cycliste, je demande aux responsables et élus d'aménager de VRAIES pistes cyclables au centre ville de Sète, sécurisées et utilisables uniquement pour les vélos

Mis en ligne le par Anonyme

Bonjour.

Habitant de Vic la Gardiole, mes observations porteront essentiellement sur mon village.

- Il est prévu la confortation de l'accès à la gare de Vic Mireval, mais rien n'est dit sur les dispositions envisagées. Je tiens à insister sur la dangerosité actuelle pour rejoindre cette gare depuis le village, en vélo ou à pied, le long de la D116. Ce serait dommage d'aller à la gare en voiture….

- Dans le schéma des pistes cyclables, la liaison entre Vic et Frontignan n'est envisagée que par Frontignan plage, ce qui peut être agréable pour le loisir. Mais pour utiliser le vélo pour les déplacements du quotidiens, il serait utile de terminer la liaison entre Vic et Frontignan par une piste cyclable en site propre le long de la D612. Cela réduirait considérablement les temps de trajet, ce qui est parfois nécessaire.

- Pour rendre le transport en commun plus performant et attractif, l'été, la navette des plages reliant Mireval aux Aresquiers via Vic la Gardiole devrait être gratuite, au même titre que toutes les navettes fluviales Sétoise ou Marseillanaises. Le budget d'environ 65 000 € ne génère qu'une recette de 3 500€. Les conséquences sur le budget, de la gratuité, seraient minimes !!

-Il faudrait préciser l'emplacement et la date d'aménagement de l'aire de covoiturage pour Vic et Mireval. Le secteur des 4 chemins est un bon emplacement pour Vic, peut être moins bon pour Mireval.

- Pour aller du village de Vic à la zone d'activité Vicoise de la condamine (Docteur, kiné, restaurant…)il est obligatoire de passer par la D612. Il serait opportun d'envisager l'élargissement et la mise en double sens du chemin de la condamine. Cela éviterait de trouver des cyclistes ou vélomoteurs en sens interdit, et permettrait de réduire et sécuriser les déplacements.

Mis en ligne le par GLAD

Bonjour, je voudrais vous faire part de mes remarques sur l'emplacement du terminus et départ de la ligne 9 situé avenue Victor HUGO à MARSEILLAN.

Le terminus est matérialisé par un abribus d'un autre age vide de tout occupant toute l'année hormis quelques marginaux qui y trouvent un abri provisoire.

Le bus arrivé au terminus va faire demi tour 200m plus haut vers le centre commercial pour se placer au départ situé en face du terminus. Ma 1°question concerne la logique de cette situation.

Concernant la fréquentation : bus généralement vide au terminus, 2 à 3 personnes au départ parfois,

toujours avec des sacs de provision , clients du centre commercial situé 300 à 400 m plus haut. Ma 2°question concerne l'emplacement du terminus départ: le pole d'attraction de la zone commerciale et artisanale ,construite longtemps après les arrêts actuels, ne pourraient ils pas faire l'objet d'un déplacement de ces arrêts devenus obsolètes?. Cela apporterait une amélioration certaine à la desserte de cette zone et une adaptation logique et rationnelle du transport urbain.

Tout ceci étant une réflexion générale sur l'efficience des transports urbains, je souhaiterais également vous faire part d'un autre point; les nuisances polluantes et sonores: les horaires d'arrivée et de départ étant parfois décalées, il n'est pas rare d'avoir un bus en attente , parfois 10mn et plus , moteur et climatisation tournants : particulièrement pénible.

J'espère que mes observations apporteront un plus dans votre démarche d'amélioration des transports urbains.