Registre numérique de concertation

Consultez tous les avis sur le PDU

L'Enquête Publique du Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle méditerranée se déroule du lundi 8 juillet 2019 à 9h00 au jeudi 22 août 2019 à 12h00. Durant toute la durée de l’enquête, les avis sont publiés dans le présent registre dématérialisé.
Les messages d'insulte ou de diffamation, les messages à caractère raciste ou incitant à la violence ou à la haine ne sont pas publiés.

52 avis

Mis en ligne le par Anonyme

Bonjour . Habitants ou Résidents du Quartier Haut , où habitent beaucoup de personnes âgées , nous vous faisons part de notre colère et exaspération depuis l'ancien PDU .La ligne N°4 qui a remplacé la ligne N°5 est une véritable aberration !!!!!!!!!! Cette ligne qui dessert Le Vallon passe deux fois en quelques minutes à l'arrêt Hotel de Ville !!!!!!!! Délaissant au passage la grande rue haute depuis la rue Franklin jusqu'au cimetière marin . Celui qui a établit ce plan de circulation ne doit pas souvent prendre le bus !!!!!!! Alors SVP , rendez nous notre ancien parcours avec des horaires plus étendus . Nous sommes restés du 19 au 1 aout soit plus de 20 jours !!! sans bus et avec des restrictions de circulation Nous demandons à Monsieur le Maire si nous sommes Sétois que pour payer les IMPOTS . Des usagers très très mécontents ........................

Mis en ligne le par BOUSQUET

Il est important pour la sécurité de réalisé une piste cyclable entre le quartier des Mougères et le centre-ville de MARSEILLAN et de pouvoir aussi relier ce quartier a la piste cyclable de MARSEILLAN-PLAGE.


Cela permettra a tous les usagers du 2 roues non motorisés de pouvoir accéder au village ou au plage en toute sécurité sans utilisé un véhicule a moteur.

Mis en ligne le par busch

Bonjour,

Voici le contenu du courrier adressé au commissaire- l'enquêteur au sujet des piétons et cyclistes entre les Mougères et Marseillan:

 

"" Le document ''Mobilités'' de l'Enquête publique du PDU 2020-2030 nous enseigne que son

objectif n°1 consiste dans la mobilité apaisée sur les courtes distances, une ambition forte : réduire la place de la voiture au profit de solutions plus paisibles pour les riverains et plus économiques pour les usagers, 30% des déplacements en voiture faisant moins de 2 km.

 

Les pratiques touristiques et sportives du vélo et de le marche sont progressivement reconnues en Sête Agglopole Méditerrannée.

Ainsi le tour de l'étang de Thau deviendra possible. Mais la pratique quotidienne de proximité de la marche et de la bicyclette, de quartier en quartier, trajet école-travail-commerce-service, reste impossible et oubliée.

 

Pour se rendre par exemple du quartier des Mougères à ceux du centre il existe 5 trajets plus ou moins parallèles et intéressants, tous ouverts aux voitures et engins à moteur, sans partage, donc très dangereux mais aussi bruyants, stressants et pollués (alors que des dizaines de villas sont encore planifiées dans le quartier des Mougères):

. par la Route Départementale D51 sur 3 km.

. par le chemin de l'Imprimerie ou Rauba Faisse sur 2,8 km.

. par le chemin des Belles sur 2,7 km.

. par le chemin des Blanquettes et de l'Horloge sur 2 km

. par la route départementale D51e5 de Marseillan-plage sur 2,5 km 

 

On peut constater qu'il est nécessaire et urgent de réserver l'une de ces voies aux piétons et cyclistes (et riverains éventuels). Le chemin des Blanquettes et de l'Horloge sur 2 km est la voie la plus courte et présente 2 autres avantages.

De lier directement le centre-ville à l'étang du Bagnas par le chemin du Bagnas qui le prolonge. Idéal apaisement, environnement, tourisme et habitants dont scolaires et périscolaire.

Mais aussi éconnomiquement de coût quasi nul, seuls des panneaux nécessitants d'être placés à chaque bout du tronçon.''

Cordialement.

Mis en ligne le par MENNETRET

Bonjour,


Je réside à Vic la Gardiole et souhaiterais pouvoir aller à Frontignan en vélo et en sécurité. Or, la circulation sur la 612 est trop dangereuse. Pourquoi ne pas faire une piste cyclable après le passage à niveau de la rue de la Poule d'Eau pour rejoindre le Barnier ?


Mêmes réflexions sur les autres habitants de Vic sur la passerelle à faire sur le pont du chemin de fer pour relier la piste cyclable de Mireval à Vic. La passerrelle prévue à Séte pour accéder au futur conservatoire coutera plus cher que le passerelle prévue à Vic......


Salutations

Mis en ligne le par LA ROUE LIBRE DE THAU RIGAUD

Voici les propositions de la Roue libre de Thau concernant le PDU 2020-2030 de SAM :

1. Fixer à 20 % la part modale vélo à l’horizon 2030

2. Mettre en oeuvre des coeurs de ville sans voiture

3. Supprimer des stationnements voitures et abandonner les projets des trois parkings enterrés dans le centre-ville de Sète (mesure 34).

4. Ré-affecter les financements du PDU en faveur des aménagements cyclables en doublant les engagements financiers prévus à l’objectif 1 et en diminuant d’autant ceux de l’objectif 3.

L'avis plus circonstancié de l'association est placé en pièce jointe.

Mis en ligne le par Lamontagne

Madame, monsieur

Je vis à Sète depuis maintenant presque vingt-ans et j’y suis très attachée.

Aujourd’hui, je connais bien la ville et ses habitants. En réponse au lancement de l’enquête publique sur le « plan de déplacements urbains », je me permets de vous faire part ici de mes observations et propositions…

Propriétaire à La Corniche j’utilise principalement les lignes 3 et 5. Ces lignes étaient bien plus performantes à l’époque. La ligne 2 faisait le tour de la ville dans un sens et la ligne 3 dans l’autre, partant toutes deux de la gare. Ce système fonctionnait bien mieux et les bus étaient à l’heure. En reprenant ce schéma, la station du 2 pourrait non plus être au « passage Dauphin » mais sur le quai d’en face pour désengorger cet arrêt déjà saturé. À ce même arrêt, les mercredi de chaque semaine, les livraisons — devant le monoprix — gênent la circulation, du coup les BUS s’arrêtent loin de l’arrêt et si on est pas attentif, on loupe le bus et parfois même son train. Par ailleurs, l’arrêt du « passage Dauphin » ne comporte que huit places assises ce qui est très peu contenu de sa grande fréquentation et du nombre de personnes âgées et ou handicapés vivant à Sète.

Je vous suggère pour la ligne 3 de ne faire circuler qu’un bus sur deux pour « Les Salins », car les usagers sont bien moins nombreux vers cette direction, la ligne 7 la desservant déjà. Il pourrait en être de même sur la ligne 2 pour l’arrêt « Centre Malraux » et ainsi retrouver une fréquence plus rapide en ville. Ce qui donnerait un BUS toutes les 15 minutes pour la première couronne et un BUS toutes les 30 minutes pour « Les Salins » et « Malraux ». Le trajet de la ligne 5 a été, lui aussi, modifié. Auparavant, cet ligne avait pour terminus « Hotel de Ville » comme la ligne 4 aujourd’hui, il y a donc déjà là un potentiel arrêt… En passant par la ville Haute, le BUS éviterait la rue Mario Roustand à la circulation impraticable générant des retards devenus trop fréquents.

Je vous invite à prendre le BUS pour constater les dysfonctionnements par vous-même.

Veuillez agréer madame, monsieur, mes plus respectueuses salutations

Evelyn Lamontagne

Mis en ligne le par Graybeal

Merci de vous être engagés pour chercher de bonnes solutions pour la crise climatique.

Je trouve le PDU actuel pas assez ambitieux. Dans 10 ans, nous habiterons déjà un monde très différent de celui d'aujourd'hui. C'est maintenant qu'il faut privilégier les transports écologiques, comme le vélo, développer des plans qui encouragent activement le déplacement adapté au besoins du futur, prévoir les nouveaux parkings, s'ils sont vraiment nécessaires, en dehors du centre ville. Pourquoi pas un tramway, un centre ville vert et frais? Planter des centaines d'arbres, qui nettoient l'air, au lieu de les détruire. Planter des jardins dans chaque espace libre. Les idées ne manquent pas. Ecoutons les jeunes qui nous demandent de leur confier un future vivable.

Mis en ligne le par cfdt fgte transport PLAGELLAT

transport urbain à Mèze manquant dans certains quartiers surtout les nouveaux quartiers le port le centre desservis avec des minibus modèle comme ceux de la butte Montmartre à PARIS Passepartout

Bravo pour l'étude des navettes Maritimes comme à Toulon

Retraité RATP bureau études Bâtiments ,et voies

Mis en ligne le par Bureau

Bonjour

Nous sommes de plus en plus nombreux à faire le choix du vélo: aussi je trouve que le projet présenté n'est sur ce sujet pas suffisamment ambitieux.

Mes enfants qui grandissent aspirent à se déplacer seul avec leur vélo et cela m'effraie quelque peu lorsque je vois la complexité du trafic et le peu de conscience citoyenne des conducteurs automobiles!

Il me semble qu'une grande campagne d'information/formation s'impose...

Il n'y a pas assez de pistes cyclables, ni d'espaces sécurisés en centre ville, pour cette raison la possibilité de rouler en contresens sur un grand nombre d'axes de la ville est seule à même de faciliter le l'usage du vélo. Par exemple, depuis le Lycée Paul Valery, le sens interdit sur 150m rue de la Caraussane, imposerait de faire le tour du parc du château d'eau si l'on souhaite respecter le code de la route pour rejoindre le bd Chevalier de Clerville! Terrible (mais facilement solutionable avec une bande de couleur au sol )

Il manque des lieux sécurisés ou adaptés pour garer les vélos, devant le Lycée Paul Valery par exemple, il pourrait-être pertinent de créer des anneaux à trottinettes, moyens de transport très utilisé par les collégiens (aucune possibilité de se garer à l'intérieur... dommage!)

Comptant sur votre bon sens pour penser le nécessaire.

Mis en ligne le par GERVASONI

Très bonne initiative que de pouvoir s'exprimer individuellement. Je pense, qu'afin de favoriser la marche à pieds pour de petits parcours, il faudrait absolument améliorer la sécurité des piétons : par exemple : de vrais trottoirs, des sols non "cabossés" où marcher est difficile, évacuation correcte de l'eau, éclairage suffisant, trottoirs sales (chiens), voitures mal garées, trop de voitures ne respectent pas les Stop, les feux rouges....C'est un gachis de ne pas permettre ce déplacement très écologique que de marcher. Favoriser les bus-bateaux : ballades, et se déplacer par obligation : travail...(lignes : Balaruc-Sète.....), style les vaporetto de Venise en Italie. Pistes cyclables : en créer, certaines à sécuriser, et prévoir davantage d' installations urbaines pour les garer ainsi que les lieux publics. Favoriser des aides financières incitatives pour laisser sa voiture le plus possible : vélo électrique, abonnement bus, bateau, train. Merci à l'avance pour vos réflexions et le travail que vous allez accomplir.

Mis en ligne le par V

Bonjour,

Tout d'abord, je voudrais savoir où sont comptabilisés les vélos électriques : vélos ? ou deux roues motorisés ? ou passage de l'un à l'autre prévisible à court ou moyen terme ?

Ensuite, en parlant des deux roues motorisés, j'aimerais savoir depuis quand ils sont considérés comme un progrès sur le plan écologique !

Des parkings relais, c'est sûrement mieux que des parkings en centre-ville (à condition que les bus et navettes suivent). Mais attention aux projets impliquant toujours plus de bétonnage... Pourquoi ne pas joindre systématiquement à ces projets un petit espace vert avec arbres, ne serait-ce que pour que l'attente ne se transforme pas en stress ?

Des solutions à base de téléphones "smart", moi je veux bien... mais si on n'en a pas ? ou si on n'y a pas internet, pour toutes sortes de raisons ? Peut-être faudrait-il qu'il existe aussi d'autres moyens ?

Et pour toutes ces questions, le pdu semble s'intéresser principalement à la ville, c'est à dire à Sète. Et Sète a sans aucun doute besoin qu'on revoie sérieusement sa politique d'agrandissement sans fin et sans humanité...

Mais il n'y a pas que Sète dans l'agglo, et nous autres, sur l'autre rive, avons aussi des besoins. Pour aller à Sète, justement, nous avons à Mèze un bus toutes les deux heures ! Et à Mèze, nous ne sommes pas les plus mal lotis !

Et il ne faudrait pas rater le dernier pour le retour, à... 19 h 15 -adieu projets resto-ciné si sympas ! (Ceci dit, depuis qu'il y a un parking sous le nez du Comedia, c'est moins agréable de toute façon...)

Améliorer les services de bus vers les "pôles économiques" : les centres commerciaux ? Bonjour la vision culturelle ! Et merci de la part de tous les petits commerces...

Je lis ailleurs "valoriser l'attractivité du territoire". C'est mettre la charrue avant les bœufs ! Attirons du monde, ça améliorera la circulation et la pollution... Commençons par valoriser l'air, l'eau, la fraîcheur du territoire, y mettre des arbres, le plus possible (climatisation parfaite, sans rejet de chaleur), à feuilles caduques (quelle belle invention, la fraîcheur l'été et le soleil l'hiver !)... Les touristes sont sympas, mais ils viennent passer une semaine (et encore...), il ne faut pas les rendre prioritaires. Une économie basée sur le tourisme est terriblement fragile.

Et horriblement polluante quand il s'agit d'immeubles de croisière !

Tout le projet manque d'ambition.

Il aurait été bon il y a trente ans. Aujourd'hui, il va mettre toute l'agglo en retard, voire en danger.

Mis en ligne le par MERVANT

Nous devrions inciter un maximum de citoyens sétois à utiliser des vélos et vélos électriques en lieu et place de la voiture lorsque la distance est adaptée. Pour cela, la mairie pourrait financer une partie de l'achat d'un vélo ou vélo électrique. Le système Vélib est peut-être à expérimenter.

Mis en ligne le par GREGOIRE

Il est important de tenir compte qu'il y a de plus en plus de vélos et qu'il n'y a pas assez de pistes cyclables ou d'espaces sécurisés en centre ville. Donner la possibilité de rouler en contresens sur certains axes de la ville.

Mettre en avant les transports collectifs, proposer plusieurs lignes gratuites sur des axes connus pour leurs embouteillages.

Mis en ligne le par set'ensemble responsable

L'idée est bonne mais manque sérieusement d'ambition... Ça ressemble à de la poudre aux yeux. Sète peut faire un choix fort et responsable en mettant en place de réelles politiques écologiques et sociales:

- plus de pistes cyclables. Systématiser l'idée que Sète est accessible pour les roues, roulettes et autres ORNI (Objets Roulants Non Identifiés). Les 5% annoncé dans le projet sont risibles...

- envisager que les voies/trottoirs soient praticables pour des fauteuils roulants, des déambulateurs, des poussettes... Aujourd'hui c'est un enfer de se déplacer sur Sète dans ces conditions.

- ne pas construire 3 parking souterrains (en Centre ville) de 300 places environ qui invitent à se déplacer en voiture jusqu'au centre ville et qui sont des aberrations géotechniques quand on considère les données du sol de la ville de Sète... Avons nous si peu de mémoire pour voir ce qui se passe encore avec le parking du canal qui a encore et toujours besoin d'une pompe pour évacuer l'eau qui s'infiltre en permanence?

- laisser piétonnes les places qui le sont et continuer à rendre piéton le CV. (Attention au revêtement du sol... ORNI..)

- envisager un grand et gros parking à l'entrée avec des navettes (un tramway? des vélib'? des pousse-pousse pour les personnes en difficultés? n'importe, les idées ne manquent pas dans d'autres villes) qui relie RÉGULIÈREMENT le CV.

Des espaces de covoiturages, un application (comme uber) avec une connexion rapide entre des covoitureur?

- des transports gratuits pour les personnes à petites ressources; seniors à petites retraites, familles nombreuses, parents isolés, sans emploi, étudiants... Oui malheureusement la liste est longue...

- se positionner contre la politique qui envisage une augmentation d’accueil de yacht de luxe et de bateaux de croisières. C'est une type de tourisme qui nuit au littoral, à l'air, au logement, aux commerces, etc... Sète doit rester familiale, à échelle humaine et doit devenir responsable!

- préserver les espaces verts tels que le Carmel qui a été vendu à un promoteur qui va tout raser ou le Mont Saint Clair qui n'en peut plus de voir des grosses villas se monter en son flan

- Intégrer des possibilités de projets dans l'écoconstruction, avoir une réelle réflexion sur l'habitat à venir... Exiger un cahier des charges éco-responsable avec les nouveaux promoteurs.

- favoriser des ESPACES PUBLICS verts, avec des aires de jeux, et replanter massivement des arbres à Sète pour se reconnecter avec "soi",

- Limiter la bétonisation pour faciliter les infiltrations du sol

- construire des espaces de réflexions avec les habitants, commerçants des lieux concernés et de co-écriture de projet avec l'aide d'association comme APPUII. Afin de les projets répondent non pas à des logiques capitalistes mais à des besoins humains...

et encore bien d'autres idées qui ont été des actes dans d'autres villes et qui ont montrées qu'elles pouvaient être des réussites...

En conclusion:

"sur les dix limites planétaires identifiées par un groupe de chercheurs en 2009, quatre ont déjà été dépassées. Changement climatique, extinction de la biodiversité, cycle de l'azote et du phosphore: les conditions de vie sur Terre sont menacées. Le croisement d'études et de rapport scientifiques indique que nous sommes à l'orée d'un possible effondrement civilisationnel. Qu'il s'agisse de réduire la probabilité que l'effondrement arrive, d'en atténuer la criticité, c'est-à-dire la violence de l'impact, ou de préparer l'après, il est aujourd'hui vital, au sens littéral, de modifier nos modes de vie et d'apprendre à vivre avec moins.

Il ne s'agit pas de prôner la misère mais d'inventer une nouvelle frugalité [...] qui puisse être synonyme de satisfaction." Corinne MOREL DARLEUX

Mis en ligne le par roux

Bonjour,

J'habite Vic la Gardiole. Je constate un grand déséquilibre entre les investissements sur Sete par rapport aux petites communes de l'agglo.

* navette des plages payante entre Vic et les Aresquiers durant l'été alors que les navettes maritimes de Sete sont gratuites,

* depuis plus d'une décennie, il est question de faire une passerelle vélo sur le pont de la voie ferrée afin d'assurer la jonction entre la piste cyclable qui s'arrête à Mireval et celle qui commence à la sortie de Vic : que fait l'agglo. Pourquoi ça traine alors que des problèmes plus complexes et plus onéreux sont réglés plus vite à Sete

* la piste cyclable entre Vic et Frontignan, qui est magnifique, se dégrade à la vitesse grand V à cause du chiendent qui envahit les bas cotés, boursoufle le goudron, réduit la largeur de roulement... Si les services concernés, département ou agglo, attendent encore un peu, ce sera plus de l'entretien mais une réfection totale à effectuer.

Cordialement

Mis en ligne le par SEGURA

il faut de la volonté pour modifier les comportements, exigeons d'adjoindre une piste cyclable à toute nouvelle route ou travaux sur une route (rue) et faire réaliser des pistes cyclables

j'ai milité dans les années 1980 pour pouvoir faire le tour de l'étang de thau en vélo.....on n'y est pas encore mais pas loin

certaines villes sont pro vélos d'autres n'en font pas une priorité dommage

je constate une nette augmentation des vélos à Sète et personnellement je vais en ville en vélo trés regulièrement mais je constate aussi que le partage avec les voitures quand il n'y a pas de piste cyclable me met régulièrement en danger.

ASSEZ DE PALABRES! DES PISTES CYCLABLES!

Mis en ligne le par DUPUY

Utiliser les canaux et l'étang de Thau pour les déplacements collectifs. Faire tout le tour pour se rendre de Sète jusqu'à Bouzigue ou Mèze ( et vice versa) est vraiment ridicule ! Sète/Balaruc pourrait être très vite rentable avec les curistes par exemple. (N.B. : dans le bassin d'Arcachon il existe par exemple des navettes qui vont d'Arcachon au Cap Ferret, toute l'année... et ailleurs autour du bassin pendant la belle saison)

Donner la priorité aux bus sur les voitures de manière à ce qu'ils soient moins en retard : voies prioritaires par exemple.

Ôter le vilain parking sur la place Aristide Briand, où jouent les enfants, c'est une absurdité et une honte pour cette ville !

Penser au moins autant aux piétons qu'aux voitures et aux vélos : dans bien des endroits il faut faire d'énormes détours pour traverser : tous les croisements en haut de l'avenue Victor Hugo par exemple.

Ne pas laisser les parents stationner en double file quand ils vont chercher leurs enfants à l'établissement Saint Joseph entre autres : embouteillages, klaxons...